• Derniers articles ou vidéos

  • Archives

  • catégories

  • Pages annexes

  • Le christianisme, c’est l’aventure. Un chrétien aujourd’hui marche en dehors des sentiers battus

    Je ne fais pas dans la dentèle et n'ai pas peur des sujets qui fâchent, parfois iconoclastes. Mon angle de vue est la finalité de l'homme, qui est d'être glorifié et voir Dieu tel qu'Il est. L'enseignement du Christ est ma nourriture, comme l'amour qu'Il a pour moi et réciproquement. Vous trouverez des articles exposant le point de vue chrétien sur l'avortement, l'écologie, le sociétal d'une manière générale, le Nouvel Ordre mondial, la politique du gouvernement, l'actualité, des commentaires de l'évangile, des exhortations à suivre le Christ... Écrire sur cette tribune me prend du temps; je le fais pour vous, alors n'hésitez pas à donner votre avis, à lancer des débats et à manifester votre soutien. Bonne navigation

Le Drame Points-Cœur, calomnies et mensonges

Posté par captainarverne le 16 mars 2017

Chers lecteurs de ce blog, connaissez-vous Points-cœur? Cette œuvre magnifique est au centre d’une tourmente orchestrée. Le fondateur, le père Thierry de Roucy, est en ce moment même l’objet de persécutions sans fondement, de fausses accusations, de calomnies, de mensonges. La raison de ceci reste encore obscure, bien qu’il y ait fort à parier que la jalousie d’évêques en soit le moteur trivial. Depuis l’histoire « Marie-Do », je suis d’un naturel prudent et ne m’engage pas si facilement dans la défense d’un homme accusé par ses pairs. Mais après avoir réuni les éléments de l’affaire, il apparait clairement que toute l’accusation n’est que vent mauvais et se doit d’être balayée. Ma conviction: le père de Roucy est sans tâche; un jour, nous connaitrons sa sainteté.
Je vous invite à vous rendre sur le site compassion et vérité, et à diffuser ces informations, de façon à ce que la vox populi parvienne aux oreilles de mgr Rey, qui semble sans raison avoir perdu toute charité et toute mesure à l’égare du père de Roucy.
http://france.pointscoeur.org/
http://compassion-et-verite.org/

 

Historique des points-coeur :

A la fin des années 80, le Père Thierry de Roucy devient le supérieur général de la congrégation des “Serviteurs de Jésus et de Marie” où il est religieux, près de Noyon (60). Au début des années 90, alors qu’il récite le chapelet, il a l’intuition de fonder Points-Cœur qui nait officiellement en 1990. L’association propose à des jeunes gens de vivre, un an au moins, dans une petite communauté de quatre ou cinq dans des quartiers délaissés de par le monde, auprès des plus pauvres, particulièrement des enfants; on les appelle  » amis des enfants« . Les communautés naissent suite à l’invitation de l’Evêque du lieu. Le charisme de l’œuvre est la “compassion”, Marie au pied de la croix, à la rencontre des plus pauvres des pauvres. Voici comment il leur est proposé de vivre cette année ou ces deux années :

- Une vie de prière : avec la récitation de certains offices du jour, l’adoration quotidienne, la récitation du chapelet, la participation journalière à la messe. Le Saint-Sacrement est présent dans une pièce de la maison ou de l’appartement qui tient lieu d’oratoire ;

- une vie d’apostolat dans les relations simples de tous les jours (rendre service, recevoir les enfants des quartiers, servir de relais entre les enfants ou les familles meurtris auprès d’autres institutions, services divers) ;

- la vie de communauté fraternelle.

 Les futurs Amis des enfants suivent une formation étalée sur six mois lors de quelques w.e. et d’un stage de quinze jours puis partent pour un Point-Cœur dans le monde…

 Rapidement, Points-Cœur connait un véritable essor, et les premières années plusieurs centaines “d’Amis des enfants” – français et vite étrangers – sont envoyés de par le monde. Des Points-Cœur sont établis sur tous les continents. Assez rapidement encore, les fruits de cette expérience humaine et spirituelle ne se font pas attendre : à la demande de jeunes revenant de mission, sont établis une branche sacerdotale (une trentaine de prêtres et de séminaristes), une branche de religieuses (35 sœurs aujourd’hui), une branche de laïcs consacrés, hommes et femmes (40 environ aujourd’hui). Il y a aujourd’hui plus de 40 maisons P.C. et deux “villages” d’accueil, au Brésil et en Inde. Alors qu’en France a sonné aujourd’hui l’hallali sur Points-Cœur, on précisera qu’à l’étranger, les Points-Cœurs ne viennent s’installer dans chaque pays qu’à la demande de l’Evêque du lieu et ne restent que parce qu’ils lui donnent entière satisfaction et ,disons le aussi, parce que leur mission force leur l’admiration. Ce sont sur 25 ans déjà plus de 1500 jeunes qui sont rentrés de leurs missions émerveillés et renforcés de cette expérience unique. Est-ce que tout est parfait? Certes non, et il faut toujours rechercher à améliorer ce qui peut l’être. Pourtant 90% des personnes ne sont pas en mission en France, 90% de l’histoire de Points-Cœur se passe hors de notre pays…mais c’est ici en France que l’on veut y mettre fin, en essayant d’abord de couper la tête pour mieux ensuite démembrer le corps. Pourquoi?

Première difficulté :

 A la fin des années 90, certains frères de l’Abbaye d’Ourscamp, qui aussi sont parfois en mission dans les Points-Cœur trouvent que l’Œuvre prend beaucoup de place et ne correspond pas à leur engagement premier, qu’il faut différencier la vie religieuse propre des Serviteurs de Jésus et de Marie et l’œuvre Points-Cœur. Pourquoi pas ? On peut le comprendre. S’ensuit un chapitre néanmoins mouvementé ; un nouveau supérieur est élu, mais les choses sont claires. A ce moment, il est demandé aux 30 frères (environ) en 2001/2002 s’ils désirent rester ou faire partie de Points-Cœur qui serait une réalité ecclésiale différente. La partie des religieux ayant engagé cette volonté de différenciation s’attendait à ce que seulement trois ou quatre des frères désirent se séparer de la Congrégation. Avec beaucoup d’étonnement et sans doute de déception de la Communauté voulant se recentrer, c’est en fait dix des plus jeunes frères et pères ayant fait leurs vœux qui manifestent plutôt le désir de suivre Points-Cœur. Le nouveau supérieur, pour que les frères soient sûrs de leur décision de suivre la communauté nouvelle, décide de les envoyer chacun dans un Point-Cœur différent pendant trois ans sans qu’ils puissent revenir en France durant ce temps, afin qu’ils discernent si c’est vraiment cela qu’ils désirent mais sans suivi spécial.

 Deuxième difficulté :

 Alors qu’il a choisi de suivre P.C. et se retrouve ainsi pour trois ans au Pérou, l’un des frères prêtre, à l’époque père « X » se met (après deux ans) à entretenir sur place une relation extraconjugale suivie avec une des jeunes Amies des enfants hondurienne arrivée en mission. Lors de son retour en France (2004/2005), il va voir l’évêque de Beauvais, Monseigneur James, (diocèse du P.C) faisant part de son désir de renoncer à la prêtrise en prétextant qu’il aurait été “forcé”, “amené abusivement” ( abus de pouvoir) à devenir prêtre. Ceci n’est pas très convaincant… petit à petit, pour trouver une excuse valable?, parce qu’on lui a promis une sortie facilitée ? parce qu’on lui a promis une compensation financière ? pour se disculper aux yeux de sa famille ? et surtout parce qu’une association lui a conseillé de porter plainte pour abus sexuel, il finira par déposer dans ce sens. Il ajoutera comme accusation, ce qui est le plus grave pour l’Eglise, le délit “d’absolution de complice” (alors qu’il avait un confesseur attitré à l’époque et que ce dernier s’est fait connaitre lors du procès). Pendant tout ce temps, il s’est surtout bien gardé de mentionner quoi que ce soit concernant sa relation extraconjugale ! La plainte d’abus sexuel permet alors d’ouvrir une enquête canonique sur (contre !) le Père Thierry, qui est ainsi du jour au lendemain sommé de se rendre à l’abbaye du Bec-Hellouin au secret pendant deux mois.

L’enquête canonique:

S’ensuit alors une longue enquête canonique de six ans, il faut le reconnaître, complètement à charge contre Père Thierry. Rien n’y fait. L’accusateur précise que ces actes ont eu lieu (seulement? et pourquoi?) en 1994. Même la charge d’abus sexuel semble ridicule d’autant que selon l’accusateur, le père « X » (on notera qu’il avait 25 ans à l’époque des faits présumés…), il n’y a jamais eu ni acte sexuel ni même caresses déplacées, simplement « l’impression par l’accusateur que des gestes comportaient en soi des connotations sexuelles”. Le père Thierry a de toute manière toujours nié avec véhémence quelque acte qui puisse même être interprété ainsi. Excusons la comparaison, mais une analogie pourrait être de l’ordre de celle d’un saint Jean posant sa tête sur la poitrine du Christ… cela doit-il être interprété de manière ambigüe ? Bien évidemment non. Bref, le procès continue, c’est parole contre parole. Entre temps, pour ne pas nuire à Points-Cœur en France, le père Thierry s’en va habiter aux Etats-Unis et laisse sa place à la tête de Points-Cœur.

Le père Thierry est défendu juridiquement alors par le père Drillon (du diocèse de Nice) qui fait un travail remarquable mais dont tous les éléments à décharge sont sciemment écartés et ignorés. La personnalité “déviante et sournoise” du père Thierry est décidée par un pseudo prêtre psychiatre âgé de plus de quatre vingt-ans (qui n’a d’ailleurs pas de qualifications en la matière) et qui basera son analyse sur des photographies de père Thierry en société !!! (si si, vraiment!). Ainsi on juge un homme avec un procédé qui s’apparente à de la divination! On notera de surplus que les enquêteurs ont cherché à trouver d’autres victimes supposées… rien, bien évidemment ! A noter encore qu’alors que cette enquête est en cours, Monseigneur Rey accueille pourtant Points-Cœur à bras ouverts dans son diocèse.

Le Jugement :

Il y aurait dû avoir cinq juges pour cette enquête… il n’y en aura que trois ici (pourquoi ?) dont le principal, nommé certainement parce que grand ami de Mgr James et parfaitement hostile à Père Thierry et qui, s’il y a désaccord avec les deux autres, décide ou non de la culpabilité  de l’accusé. Deux des juges estimeront d’ailleurs que les preuves n’étaient pas établies, mais celui qui compte décidera tout de même de juger coupable le Père Thierry “d’abus de pouvoir, d’abus sexuel et d’absolution du complice” en 2011. La peine “ecclésiale” sera pourtant, apparemment, légère pour de tel faits : trois années d’impossibilité de confesser les membres consacrés de Points-Cœur et les Serviteurs de Jésus et de Marie (que Père Thierry ne voit plus) … c’est tout. Sans doute l’avis des deux autres juges a engendré un tel compromis ? Etait-ce un piège pour que Père Thierry ne fasse pas appel et qu’ainsi aux yeux de beaucoup il signe sa culpabilité ? La peine administrative, étonnamment, sera d’intimer au Père Thierry de payer 60 000 euros de dommages et intérêts (à noter: Il a été aussi demandé aux religieux de l’abbaye d’Ourscamp de payer 20 000 €! Pourquoi ?).

Lassé par tant d’années d’un procès qui a tout l’air d’une mascarade, sans doute désireux d’en finir et de passer à autre chose, peut-être rassuré par la légèreté de la peine ecclésiale, conforté aussi en ce sens par son avocat, père Thierry ne fait pas appel… c’est peut-être une erreur. Normalement cette sanction devait rester sous le couvert du secret et ne pas être divulguée, sous peine d’ailleurs de graves sanctions. En 2012/2013 Alors que le père Thierry reprend sa place en tant que modérateur de P.C. et qu’il vient d’être nommé officier de la Légion d’Honneur, bien évidemment quelque âme mal intentionnée et/ou téléguidée dévoile le jugement dans la presse (dans La Croix me semble-t-il) de la manière la plus « brut » possible sous le  titre “Père Thierry de Roucy coupable d’abus sexuel, d’abus de pouvoir et d’absolution de complice”.

Collectif de l’appel de Lourdes 2013” :

Suivant de peu cela un collectif nommé « Collectif de l’appel de Lourdes 2013 », envoie une lettre à la Conférence des Evêques de France dénonçant, selon eux, les abus , dangers, dérives sectaires de la quasi totalité des communautés nouvelles (de Saint-Jean à l’Emmanuel, et toutes les autres encore,… en incorporant bien évidemment Points-Cœur). Cette lettre amènera une réponse publiée (donc publique et officielle) de Monseigneur Pontier, alors à la tête de la conférence épiscopale française acquiesçant les récriminations des signataires. Un des trois signataires de l’appel, monsieur Yves Hamant, universitaire, influent dans le monde intellectuel catholique a un compte à régler avec Points-Cœur qu’il poursuit d’une haine tenace pour la raison qui suit : une de ses proches a été “amie des enfants” et sa mission a été parfaitement réussie, au point qu’elle envisage de devenir sœur chez les “sœurs de la Présence de Dieu” de Points-Cœur. Après quelque temps d’essai (noviciat?), il lui est signifié qu’après discernement des supérieurs concernés ,la vie religieuse au sein de P.C n’est pas faite pour elle… prérogative de n’importe quelle congrégation. Sans doute était-ce difficile pour cette jeune fille d’accepter cela ; elle est alors tombée en dépression et a du avoir du mal à se remettre sur pied (cela montrant aussi qu’il y avait dans son caractère sans doute quelques raisons à ne pas satisfaire à son désir de rentrer dans la communauté.) Cela est triste, mais mieux vaut prendre une telle décision plutôt que de la laisser aller au casse pipe. Toujours est- il que Mr Hamant poursuit depuis et sans arrêt P.C., interrompt des conférences publiques des membres de Points-Cœur, fait irruption là ou se déroule l’envoi d’un jeune en partance vociférant et insultant le Père Thierry (absent), Points-Cœur, encourage toute personne ayant eu des difficultés avec P.C. (et, bien sûr, qu’il y en a, même s’ils sont peu nombreux) à les poursuivre, à témoigner au sein de diverses associations (Avref, l’envers du décor,etc.) . Bref il centralise et orchestre toute action pouvant nuire à Points-Cœur.

Conséquences :

Dès lors, revirement assez incompréhensible de Monseigneur Rey (on remarquera avec quelque ironie que lui même est issu de l’Emmanuel, épinglé aussi par l’ appel du collectif de Lourdes 2013.) et harcèlement dirigé contre le P. Thierry : Sommé de rester en France et déménager des Etats-Unis où il réside depuis dix ans, il est à proprement parlé Sans Domicile Fixe et reste à droite à gauche, chez des amis pour 2 semaines, puis un mois ou 2, etc. Il est mis à l’écart de sa propre congrégation, ordres, contre-ordres, interdiction (et réciprocité) de communiquer avec les membres de sa communauté (verbalement ou par écrit), vexations , menaces de sanctions permanentes. Début 2016 il estSuspendu à Divinis par monseigneur Rey (seulement le droit de dire la messe seul et interdiction de confesser etc., de faire et dire quoi que ce soit en public en tant que prêtre). Dès l’été dernier, le Père Thierry est menacé de réduction à l’état laïc parce qu’il n’aurait pas obéi à son évêque ( déjà la raison de la suspension à Divinis) qui lui intimait d’habiter dans un logement délabré à Toulon. Finalement, pour être judiciairement en règle le père Thierry réaffirme qu’il n’est pas opposé à rentrer dans le diocèse de Toulon, mais pas dans cette habitation insalubre alors que sa santé est extrêmement précaire (il a de gros problèmes cardiaques et doit supporter en permanence un défibrillateur). De plus, l’avocat qui le défendait alors ne peut plus le défendre car il est aussi juge dans l’Officialité du sud-est et que la juridiction ecclésiale à laquelle appartient le Père de Roucy et où il est jugé est la même pour Nice et Fréjus-Toulon. A noter qu’en même temps a été diligenté par Mgr Rey une enquête canonique sur Points-Cœur, à charge bien évidemment dirigée par Monseigneur Le Vert, déjà démissionnaire du diocèse de Quimper quelque temps auparavant, sans évêché…Toutes les informations sur sa « démission » disponible sur le Web. On s’étonnera avec effarement du choix de ce prélat étant donné son passif…

Nouvel avocat :

Concernant sa défense, le père Thierry retrouve un nouvel avocat, laïc cette fois-ci, qui exerce sa fonction aussi bien auprès de la Cour de Cassation italienne qu’auprès de la Rote Romaine. Sous son conseil, le fait que P. Thierry ait écrit officiellement qu’il était prêt à habiter dans le diocèse de Toulon a en fait empêché qu’il soit réduit pour l’instant à l’état laïc. Assez bizarrement alors (et en représailles?), lui a été envoyé un courrier début décembre ou fin novembre de la part de Mgr Rey lui signifiant que s’il ne payait pas la somme due de 80 000€ ( 60 000 € + 20 000€ ajoutée en cour d’appel) concernant le jugement de 2011 au plaignant, l’ex Père « X » maintenant monsieur « Y « , il serait excommunié !!! On rajoutera que le P. Thierry n’a aucune source de revenu ayant donné sa vie au service des autres.

Enfin nous y voici : Il y a dix jours sort dans le journal Var-Matin, cette information d’excommunication qui n’avait même pas été communiquée au modérateur actuel de P.C. On notera encore, que dans les quinze jours qui ont précédé ce déballage médiatique, un personnage de l’officialité de Lyon,( on se doute qu’il s’agit de quelqu’un qui a été très proche de l’affaire du jugement de première instance), apparemment au courant de tout ce qui se passe sur ce dossier, se permet d’écrire aux communautés (en quel honneur et de quel droit d’ailleurs) et lieux d’accueil prêts à accueillir Points-Coeur pour des retraites leur intimant de ne pas le faire, et ceci en trois occasions déjà… et cela a fonctionné ! Une vraie honte alors que rien d’officiel n’est paru où que ce soit.

De toute façon, l’avocat de Père Thierry, Maître Alan Kershaw, s’oppose à toutes ces décisions arbitraires et canoniquement illégales promulguées par Mgr Rey (dont cette décision abusive d’excommunication alors qu’une telle sanction doit être accompagnée d’un procès spécifique, ce qui n’est pas le cas ici). De fait, toutes les récusations faites par l’avocat, tant que dure le procès, sont suspensives de toute mise en application. De fait encore, Mgr Rey a été obligé d’écrire un courrier établissant qu’effectivement le Père Thierry n’était pas excommunié mais était menacé de l’être …tout ce tapage médiatique est donc de l’intox et un moyen de pression psychologique inavoué. L’avocat estime que l’attitude ecclésiale de Monseigneur Rey est tyrannique, malveillante, contraire à la bienveillance que devrait avoir un pasteur pour son et ses subordonnés frères en Christ. Utiliser la presse pour faire état de faits non encore établis et jugés est un scandale au sens ecclésial juridique et ne devrait en aucun cas être porté sur la place publique comme il a été fait, à maintes reprises, via les médias.

Voilà donc où nous en sommes. Je pense qu’il était essentiel que vous puissiez avoir, au moins en synthèse, l’intégralité de cette histoire pour vous aider à comprendre.

8 Réponses à “Le Drame Points-Cœur, calomnies et mensonges”

  1. catholiquedu.net dit :

    Remarquable ce récit abominatoire
    contre un vrai saint

    Destruction d’une oeuvre sanctissime de Dieu commanditée par qui ? Quelle monnaie d’échange à ces épiscopes ?

  2. RENE dit :

    et aujourd’hui même un article dans Libération, il semble que le fait qu’une défense laïque s’organise inquiète les autorités…http://www.liberation.fr/france/2017/03/16/thierry-de-roucy-le-pretre-intenable-que-l-eglise-menace-d-excommunier_1555922

  3. Pp dit :

    Ils ont raison de s’inquiéter

    Cette fois ça va barder pour eux:

    Personne ne peut arrêter le sacerdoce royal des fidèles dès lors qu’il se met en branle

    Et en-avant!
    Tremblez ministres de l’Aquilon: la cognée est à la racine de votre arbre,

    Race de vipères si vous a appris à fuir la Colère de Dieu ?

  4. JEAN MICHEL dit :

    Quel gâchis , quelle tristesse , Seigneur , s’il te plaît , aide-nous à prier pour ces princes de l’Eglise qui se perdent

  5. Yann dit :

    Vous ne savez pas de quoi vous parlez, je regrette. Le dossier est bien plus complexe que vous l’exposez : les 2/3 de celui-ci ne sont pas encore communiqués. Laissons l’Eglise faire son travail de discernement et évitons de prendre parti trop vite. Rappelons-nous St Jean Bosco ou St Philippe Néri, et à l’opposé Luther et Calvin … Prière et silence, nous recommanderait le Cardinal Sarah.

    • Yann, qui êtes-vous et d’où me causez-vous, pour me dire que je ne sais pas de quoi je parle et arriver sur mon site avec des airs penchés ridicules et pontifiants d’homme d’Eglise qui prétend en savoir plus qu’il ne veut en dire? Soit vous vous expliquez, arguments à l’appui, soit vous disparaissez. Le discernement de l’Eglise soit, mais vous oubliez Jeanne d’Arc dans votre liste. A bon entendeur.

  6. Bruno ANEL dit :

    Merci de ce résumé. Le premier article le La Croix en 2013 provenait d’une information parue sur un site du diocèse du Mans consacré aux dérives dans l’Eglise. D’où venait la « fuite » ? Mystère

  7. Michel dit :

    Pour être allé plusieurs fois en weekend à Points Coeurs. Discernement rapide, De Roucy est un sale pervers ainsi que l’ensemble de son staff

Laisser un commentaire

 

Lancelxcvheh |
Happyhelen74 |
Niketnrequinpascher88 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Domanova
| Linklogdendcom
| Trenchhomme