• Derniers articles ou vidéos

  • Archives

  • catégories

  • Pages annexes

  • Le christianisme, c’est l’aventure. Un chrétien aujourd’hui marche en dehors des sentiers battus

    Je ne fais pas dans la dentèle et n'ai pas peur des sujets qui fâchent, parfois iconoclastes. Mon angle de vue est la finalité de l'homme, qui est d'être glorifié et voir Dieu tel qu'Il est. L'enseignement du Christ est ma nourriture, comme l'amour qu'Il a pour moi et réciproquement. Vous trouverez des articles exposant le point de vue chrétien sur l'avortement, l'écologie, le sociétal d'une manière générale, le Nouvel Ordre mondial, la politique du gouvernement, l'actualité, des commentaires de l'évangile, des exhortations à suivre le Christ... Écrire sur cette tribune me prend du temps; je le fais pour vous, alors n'hésitez pas à donner votre avis, à lancer des débats et à manifester votre soutien. Bonne navigation

Les voiles de l’Immaculée et ses besoins

Posté par captainarverne le 24 mars 2017

Je suis honoré de me retrouver au cœur d’un tel projet, objet d’une attention particulière de la Sainte Vierge, qui me prend tel que je suis, (certainement le moins catho d’entre mes lecteurs et alentour, capitaine balourd et rebelle!), pour conduire sa barque autour du monde. Et honoré aussi de constater que notre folie suscite un peu d’intérêt! Car oui, c’est un projet fou, germé dans la tête d’inconscients qui se sont persuadés qu’un voilier pouvait voguer grâce à la providence.
En quelques mots, il s’agit d’un pèlerinage autour du monde. Une vierge pèlerine à bord, à la rencontre des croyants, chrétiens mais pas que, Marie étant le passeport absolu de ce voyage. L’idée est de tourner une série de reportages à la manière de « j’irai dormir chez vous », d’Antoine de Maximy (voir sur youtube), en y ajoutant les dimensions spirituelles et maritimes, sous l’intitulé « je viens prier chez vous ». Nous nous sommes engagés à visiter quelques points-coeur, caméra au poing, en soutien à cette œuvre magnifique actuellement persécutée, (tous, ce ne sera malheureusement pas possible). Nous voulons montrer cette belle humanité tournée vers son créateur. Nous voulons montrer simplement, par quelques images, que par Marie, Dieu conduit les hommes vers un destin unique, une promesse de béatitude. Si nous pouvons filmer un peu d’Espérance, de Foi et de Charité, alors le voyage sera une réussite. Nous souhaitons pouvoir accueillir des passagers membres de l’association, qui viendront naviguer et témoigner avec nous le temps d’une escale. Nous distribuerons des médailles mariales, des chapelets, des images pieuses aux bateaux de rencontre. Voir la page du projet sur ce Blog.
Et sur le blog
http://jeviensprierchezvous.blogspot.fr/
Parlons de nos besoins et de ce que pourrait nous apporter la providence (pardon d’aborder un sujet si trivial). Le voilier est intégralement financé par un unique et généreux donateur, ce qui représente la plus grosse part du budget. Mais pour l’heure, même s’il est en parfait état et apte à prendre la mer, il n’ira pas loin. Il lui manque un peu de matériel pour devenir vraiment hauturier. Pour l’essentiel: une batterie de démarrage; un panneau solaire; un radeau de survie; un moteur d’annexe; (et même une nouvelle annexe, mais ce serait du luxe); un compas de relèvement; et comble du luxe, un téléphone satellitaire Iridium pour la sécurité et la facilité… Nous devons encore financer le matériel audio visuel, caméras go pro x 4, ordinateur embarqué. Et puis la première grosse intendance et la première année de fonctionnement dans l’Atlantique, part non négligeable. On peut chiffrer ces premières dépenses aux alentours de 10000€, à condition d’éviter les marinas et les ports, de ne pas avoir à rentrer urgemment en France, de limiter les dépenses pour le voilier. Pour cela, évidemment, l’idéal serait de trouver un sponsor, une entreprise dont le voilier porterait le logo en plus de celui de l’Immaculée. Je ne pense pas que Marie s’en offusquerait! Mais nous comptons surtout réunir un bon nombre d’adhérents dans l’association « les voiles de l’Immaculée ». Nous avons porté l’adhésion minimum à 30 euros. Il va sans dire que nos membres bienfaiteurs peuvent élever leur cotisation dans la limite de leurs capacités financières! Un radeau de survie cl2 6 places par exemple coûte 1250 euros et c’est non seulement indispensable, mais obligatoire. Moi je peux naviguer sans, avec mon fils, à nos risques et périls, assumant d’être hors la loi; mais pas question dans ce cas d’accueillir des équipiers! Depuis que le rôle de skipper m’est échu, je paye de ma poche moultes aller-retour en Angleterre, (car le voilier est encore à Plymouth), ce dont je n’ai absolument pas les moyens avec mes maigres droits d’auteur (je suis un pauvre écrivain), d’autant que ce n’était pas du tout prévu dans le budget de la famille. A pâques, nous ramenons le voilier à Brest et je me demande encore comment je vais financer cette première « petite » navigation, sachant qu’il va falloir mettre le bateau à l’eau (il est au sec pour le moment), investir dans quelques cartes de la Manche et du Four, dans la fameuse batterie de démarrage, dans un chargeur 12v/18v pour mon PC, dans un plein de gasoil et une première intendance, dans deux gilets auto-gonflants, dans deux billets Roscoff/Plymouth… On approche déjà les 500€ pour cette seule petite nav de 36 heures, et nous n’aurons pas encore le radeau de survie obligatoire.
Voilà, désolé de cet étalage de besoins. Nous aimerions entamer le voyage en septembre 2017. Il faut donc rameuter un maximum d’équipiers à 30€, beaucoup à 50€, et quelques uns sans limite!
Nous ressentons vraiment Marie derrière cette aventure. Elle veut boucler cette boucle. Jusque-là, je suis fasciné par l’enchaînement providentiel des événements. Moi, je n’y vais, je ne quitte le confort de ma maison auvergnate, mon épouse qui restera à terre, et la proximité du p Patrick que parce j’ai l’absolue certitude que ce projet vient d’Elle. Je suis aussi absolument convaincu qu’Elle aplanira toutes les difficultés, financières et autres, et que son voilier hissera les voiles en septembre. Mais humainement, je vous avoue me sentir un peu dépassé!
Pour le cas ou vous décideriez d’adhérer à l’association, vous pouvez expédier votre cotisation à l’ordre des voiles de l’Immaculée, à Jean Noël, notre président; adresse: Jean Noël René, les Aspes, 46500 Gramat; ou à moi-même à l’adresse: régis de la Turmelière, le Fraisse, 63630 Saint Bonnet le Chastel
J’ai l’immense plaisir de vous annoncer que les voiles de l’Immaculée compte déjà une donatrice bienfaitrice. Merci à elle.
Bien à vous et à la grâce de l’Immaculée,
Régis

Publié dans aventure, Compostelle, espérance, pèlerinage, providence, saint jacques, saint Joseph, voilier | Pas de Commentaire »

Les voiles de l’Immaculée

Posté par captainarverne le 13 février 2017

Me voici de retour après une semaine en Angleterre.

Je suis arrivé à Londres (Stansted) depuis Grenoble le samedi 4. Je suis resté deux jours dans la capitale. Le dimanche, messe catholique dans une paroisse où l’on parlait plus français qu’anglais. J’ai été très agréablement surpris par la jeunesse de l’assemblée, le nombre presque grouillant des enfants. Cela fait un choc après ma paroisse d’Arlanc, dont l’âge moyen dépasse 70 ans et où seuls les huit premiers rangs sont occupés. Je ne vais pas entrer dans les détails liturgiques, ni exprimer mes énervements à constater que là-bas aussi, on prononce les paroles de la consécration en traduisant le latin accipite par « take », on envoie une péquine en mini jupe au Tabernacle, on communie à la main.

Le lundi, je suis allé voir la relève des horses guards de la reine. Puis par curiosité, j’ai assisté à la « messe » anglicane dans la cathédrale de Westminster. Liturgie identique en tous points à la liturgie progressiste V2. Je n’ai tout de même pas communié, mais si je n’avais pas su où j’étais, j’aurais pu confondre.

Le mardi, départ pour Plymouth pour voir le bateau. J’ai été accueilli très chaleureusement par les propriétaires. Ils se sont pliés en quatre pour rendre mon séjour agréable. J’ai inspecté l’objet sous toutes les coutures durant deux jours. Ce voilier est en très bon état, parfait pour le projet, et la vierge de Rocamadour s’y sentira à son aise. Avec l’accord des membres de l’équipe, et de Jean Noël, j’ai donc fait une offre d’achat qui a été acceptée. Le voilier n’est pas encore à nous, mais c’est une question de quelques jours, le temps de transférer sommes et papiers. On peut donc dire que le projet « Les voiles de l’Immaculée, J’irai prier chez vous » vient de franchir une étape décisive. A ce sujet, je vous informe qu’un blog lui sera prochainement dédié (blog catho sur une ligne pure et droite, dans lequel je devrai fermer ma bouche sur les sujets non politiquement corrects!).

Que dire de l’Angleterre, sinon qu’on y mange vraiment très mal, que les Anglais ne sont pas fichus de bricoler un sandouiche potable, et qu’il a fallu que je me colle aux fourneaux chez mes hôtes pour me sustenter de spaghettis dignes de ce nom avec une sauce aux champignons revenus aux échalotes, vinaigre balsamique et crème, des pommes de terre sautées qui ne sortent pas d’une boite, un gâteau au chocolat fondant, et des bricoles autres que des beans sucrés vomis sur des toasts!

Enfin, j’ai pris le ferry Plymouth/Roscoff, le 10 à 22h. Puis au matin du 11, j’ai entrepris de traverser la France de Roscoff à mon village perché en Auvergne, en auto-stop! Neuf cent km en deux jours avec mes pancartes en carton sur le bord des routes. A 50 ans, ce n’est pas banal. Le rosaire aidant, ce voyage de retour a été riche en rencontres. Il y aura peut-être quelques équipiers de plus dans l’aventure.IMGA0038

IMGA0028

IMGA0031

85c084b3-5ea3-461c-e6eb-0130aed338b4

Publié dans aventure, chapelet, France, providence, randonnée, voilier | 2 Commentaires »

L’aventure

Posté par captainarverne le 2 février 2017

Et bien voilà, je tiens compte de votre avis. J’avoue qu’il va dans le sens de mes préférences personnelles. Je pars donc en Angleterre (après demain) pour observer le Naraï, (le gros), sous toutes les coutures. Il ne s’agirait pas d’embarquer Marie sur un rafiot déglingué. Elle mérite ce qu’il y a de mieux; encore qu’un Wharram soit loin des standards de la plaisance moderne. Pour info, un catamaran de la même longueur, un plan Lerouge ou AB marine d’occasion, coûte un minimum de 200000 €, et encore, avec des travaux. Chez Wharram, on ne joue pas vraiment dans la même cour question tarif. On fait pourtant le même voyage, voire mieux. Les Wharram vont loin, les Wharram vont longtemps. Les boucles autour du monde dans la simplicité ne se comptent plus.

Et moi, je trépigne! Je n’ose y croire. Je vais retourner sur la mer, affronter à nouveau les océans. Le Bon Dieu m’a créé avec ça dans le sang. Merci à lui de me permettre de m’y frotter à nouveau. C’est une sorte de réveil après un temps d’hibernation. Non pas que je n’aime pas l’Auvergne et les grandes collines du Livradois; c’est chouette, je m’y plais, je n’aurais pu posséder une maison nulle part ailleurs. Mais ma nature me pousse à en partir. Disons que la ferme auvergnate perchée à 1000 m loin de tout est le meilleur camp de base dont je puisse rêver. Depuis la vente de mon dernier voilier en 2012, j’ai commencé par quelques escapades, à pied vers Compostelle, à vélo de l’océan aux Alpes et vice versa, en camion avec parapente, devant mon ordinateur et des quantités de pages blanches à remplir. A dire vrai, depuis que je suis à terre, je fomente des plans pour retourner sur l’eau. Sous la Vierge des Philippines qui se dresse au milieu de la maison, il y a un petit papier sur lequel est écrit « Marie, s’il te plait, donne-moi un bateau ».

Marie me prend au mot. Elle va même au-delà de mes espérances, puisqu’Elle sera du voyage.

Ne croyez pas que ce sera facile. C’est un chalenge, un pèlerinage dans lequel il faudra tenir pour aller au bout du chemin. Je vais m’extraire de mon petit confort, quitter mon épouse, peut-être mon fils (sauf s’il vient, ce qui est en cours de négociation), mon chien même. Partir, je sais ce que cela signifie, ce qu’il en coûte. Ce n’est pas parce que je porte depuis toujours ce désir de mer, que cela rend les choses plus faciles.

Mais partir pour Dieu, quel bonheur!

L’autre jours, un copain me demandait: « Mais à quoi ça sert, tourner autour du monde avec une statue de Marie? » A rien camarade. A rien du tout! C’est pour la gloire de Dieu et Dieu utilisera ce voyage comme Il l’entend, distribuant au passage les grâces qu’Il entend distribuer. Pour la gloire, c’est peut être un peu désuet; pour la gloire de Dieu, ça l’est encore plus. Que voulez-vous, nous catholiques, sommes démodés et agissons à contretemps. « Ce type est fou », à répondu le copain. Oui, et j’assume.

Bon, maintenant qu’on passe aux choses concrètes, il faut que je vous pose la question: qui en est? Qui de vous fera partie de l’équipage? Pour ceux qui ont le mal de mer, être équipier n’impliquera pas nécessairement un embarquement physique. Les voiles de l’Immaculée ont besoin d’un peu d’argent, mais pas seulement; vos compétences, vos capacités à planifier, organiser, parler aux évêques, gérer la base arrière, embarquer physiquement même, tout est bienvenu.

L’aventure est séduisante, non? Tout de même un peu plus folichonne que les élections présidentielles qui commencent sérieusement à…

Une fois au large, vais-je me retrouver tout seul, sans personne derrière pour prier, soutenir, en parler? Je vous attends dans les commentaires.

Pour la Gloire de Dieu et de Marie!

Publié dans promesse, providence, randonnée, réveil chrétien, sac à dos, voilier | Pas de Commentaire »

Une brève histoire de la providence.

Posté par captainarverne le 17 janvier 2017

Pour tous ceux qui doutent encore…

Comme vous le savez peut-être, c’est sur le chemin de Compostelle que ma vie a pris un tournant décisif. Saviez-vous aussi qu’au beau milieu de ce premier chemin au départ du Puy, alors qu’il me restait l’Espagne à traverser, une personne me contacte et m’annonce qu’elle m’offre son voilier afin que je puisse m’en servir à une noble cause. Si bien que j’ai survolé les sept cent derniers kilomètres, pressé de concrétiser un projet de navigation chrétienne qui me tenait à cœur. Il se trouve qu’une fois rentré chez moi, la personne avait changé d’avis, me laissant dans l’incompréhension des plans de Dieu à mon égard, et dans le doute aussi, je dois l’avouer.

Pour bien m’ancrer dans la providence, Dieu, par l’intercession du grand saint Jacques, me donne quelques mois plus tard, un autre voilier, ayant pris soin de m’adjoindre auparavant, par une grâce miraculeuse, la plus ineffable des équipières ! C’est ainsi que la nénette et moi sommes partis sur les océans à bord du Far Away, oubliant le projet chrétien dans la précipitation.

En 2012, au terme de longues épopées océaniques et d’aventures innombrables, nous vendons notre voilier, fatigués et désireux de nous constituer une base terrestre. Mon premier geste est de repartir à Compostelle, de Vezelay en hiver, pour remercier. Sitôt à terre, dire merci pour ces années incroyables est ce qui m’est apparu le plus urgent et important.

Mais depuis que je suis à terre, l’idée d’un projet de navigation chrétienne me trotte dans la tête. Comme c’est bizarre ! J’y pense, ça tourne et ça cogite, j’en parle avec mes fidèles compagnons de prière, sainte Thérèse de l’enfant Jésus, saint Joseph, le grand Jacques et Marie Immaculée bien entendu. « Et si je partais autour du monde en pèlerin, en émissaire, en ambassadeur des paroisses, à la rencontre des chrétiens du monde ? Dis, Marie, que penses-tu d’avoir un voilier à tes armes, dis Marie, dis ?» En même temps, je conclu un pacte avec cette providence qui ne m’a jamais abandonné : si Marie bénit ces délires maritimes, le voilier viendra d’Elle de façon claire et nette. Je ne repartirai pas en mer sans cette certitude. Souriez, souriez ! Moi aussi je souris, me rendant compte que le temps n’enlève rien à la naïveté.

Et voilà que je me retrouve à filmer le p Patrick, et que j’entre peu à peu dans la nécessité d’être tout à Dieu, car l’heure tourne, si je puis dire. Chez le père Patrick, je rencontre une personne qui tient un gîte sur le camino, tout près de notre Dame de Rocamadour, celle-là même qui conduit les marins à bon port. Quelques mois plus tard, ce gardien du chemin de saint Jacques, poussé par une force folle, m’annonce qu’il ne trouve pas si stupide les élans maritimes spirituels que j’étale depuis des années dans ce blog, et qu’il se pourrait bien qu’il en soit, de façon très concrète.

Si Ça, ce n’est pas un gros coup de la providence, alors c’est que tout ce en quoi nous croyons n’est que la vague de la mer que le vent agite et soulève, pour reprendre la lettre de saint Jacques.

Je laisserai à mon futur équipier le soin de se présenter quand les choses auront pris un tour un peu plus précis.

Sans oublier de remercier saint Jacques! Ce grand saint frère de Jean m’aime bien, c’est incompréhensible, mais désormais absolument indéniable.

Si votre vie part à la dérive, rendez-lui visite à pied, ce ne sera pas du temps perdu.

Publié dans aventure, Compostelle, espérance, grâce, Immaculée conception, marie, providence, saint jacques, voilier | 1 Commentaire »

Les voiles de l’Immaculée, le projet se dessine

Posté par captainarverne le 10 janvier 2017

Le projet se dessine peu à peu, simple et radical. J’en ai touché quelques mots à mon cher p Patrick qui me soutient pleinement!

En quelques mots, il consisterait à accomplir un tour du monde à la rencontre des paroisses, en Afrique, en Amérique, dans les îles les plus reculées des Australes, en Indonésie.

A chaque rencontre, une prière commune, un reportage, des images, des articles, la distribution d’un lot de médailles miraculeuses, de chapelets. Comment vivent les chrétiens aux Marquises? Cela ne vous intéresse-t-il pas de le savoir? Au cours de nos précédents périples maritimes, nous avons pu découvrir la vie de prière de villages reculés, comme à Tauata, où les activités de la vie courante s’arrêtent à 16h, que les villageois jouent au volley sur le terrain communal ou discutent sur un parvis. Parce qu’à 16h30, la cloche de l’église sonne et appelle chacun à s’y rendre pour la prière du soir! Et croyez-moi, l’église est pleine, tous les jours que Dieu fait. Cela vous épate? Il y a de quoi.

Je pars donc à la rencontre de ces gens qui prient, qui nous dépassent de loin dans l’attente du Sauveur; et je vous en témoigne.

L’instrument de ce voyage sera un minuscule catamaran Wharram, un Tanenui, voilier non ostentatoire, apte au large et à se faufiler dans toutes les baies où d’autres navires plus gros ne rentreraient pas, à l’esthétique pure et tribale adaptée à ces îles.

Le coût de ce voilier tout équipé est de 10000 euros. Le deal serait qu’en fin de voyage, le généreux mécène qui aurait avancé l’argent rentre dans ses frais à la revente du bateau au même prix, et puisse, soit conserver l’argent, soit en faire don à une œuvre catholique de son choix. De mon côté, je demande à saint Joseph que cela se passe ainsi pour le financement, en signe que ce projet est validé par le ciel.

Il ne reste plus que le signe de cette validation. Moi, je suis prêt et la nénette aussi, au point qu’elle prendrait éventuellement mon relais pour un deuxième grand tour en solo!

gallery-classicdesigns-073un Tanenui sous voile

Publié dans aventure, providence, réveil chrétien, saint Joseph, voilier | 5 Commentaires »

Les voiles de l’Immaculée

Posté par captainarverne le 6 janvier 2017

2016 s’est achevée et ne m’a pas rendu moins fou. Le Projet des voiles de l’Immaculée me trotte dans la tête, de plus en plus fort, de plus en plus pressant.

Toujours sur une base de catamaran Wharram, (voir ce que je dis des Wharram sur radio Courtoisie) plusieurs options s’offrent à moi.

La première consisterait à trouver le financement d’un Wharram assez grand, type Naraï (12m), ou plus grand, pour pouvoir embarquer des équipiers, des partenaires de conférence, des statues de vierges à distribuer, célébrer des eucharisties, etc…

La deuxième consisterait à poser mon sac sur un voilier plus petit, moins coûteux à l’achat, type Tiki 30 (ou 31), Pahi 31. Avec ce voilier de taille très modeste, je naviguerais en solitaire la plupart du temps, me concentrant sur l’exploit sportif et la possibilité de communiquer autour de cela avec l’internet, l’écriture et l’image. Le voyage serait bien entendu entrepris et réalisé sous les couleurs de Marie, sponsorisé par Marie, et plus spécialement au service d’une cause comme la défense de la vie.

Il manque toujours le coup de pouce de la providence, le déclic, le coup de main du bon Dieu. Il manque si peu ! Moi, je suis prêt, c’est quand elle veut.

Marie, donne-moi un bateau !

 

Publié dans aventure, espérance, Immaculée conception, marie, providence, voilier | 15 Commentaires »

J’ai rencontré le Père Nathan

Posté par captainarverne le 2 février 2016

Il est des chemins qui doivent être pris ; il est des rencontres qui doivent être.

 

Depuis que j’ai commencé à écouter le père Nathan (cf les quelques vidéos relayées précédemment. Nathan est un pseudonyme), il se passe certains bouleversements en moi. Appelons cela la marée de la grâce, pour rester dans la métaphore maritime ; ou encore, le saisissement de l’urgence, pour surfer sur le thème directeur de ce blog. Je me suis dit dans ma tête de breton d’Auvergne : « Il faut que je rencontre ce bonhomme. C’est impératif. Il met des mots sur ce que je veux vivre désormais. Il parle comme nul autre prêtre de ma connaissance. »

J’en étais là de mes intentions, sans trop savoir à qui m’adresser, où aller pour obtenir une adresse, un mail, un numéro de téléphone, lorsque deux ou trois jours après ma découverte du père sur le net, j’aborde le sujet avec un vieil ami moine.

- Dis-donc, tu ne connaîtrais pas par hasard le père Nathan, qui cause bien sur youtube ? C’est marrant, il parle du père Emmanuel et de Montmorin…

Je dois vous préciser amis lecteurs, que de même que cet ami moine, j’ai passé quelque temps dans un des ermitages du père Emmanuel, dont je connais plus ou moins l’histoire. Bref, le frère me répond :

- Bien sûr que je le connais. Il déjeune avec nous au prieuré tous les mardi, et son ermitage n’est qu’à 7 km. Mais c’est un lieu secret, il faut y aller en cachette. Le père est menacé, il dérange, les francs maçons, tout autant que le nouvel évêque qui souhaite l’expulser.

Je suis resté sans voix. Vous parlez d’une providence ! Nous sommes voisins ; à portée de vélo.

Ni une ni deux, avec des airs de conspirateur, le frère me conduit chez le père Nathan. C’est ainsi que sans cérémonie, je me retrouve à éplucher des oranges sur une table de cuisine, en face de cet homme pour le moins fascinant, tout en l’interrogeant sur ce qui me tient à cœur : par exemple, quelle lecture chrétienne doit-on avoir du projet sioniste, assurément sataniste, mais central et déterminent dans ce monde en achèvement ? Ou encore : pourquoi l’Eglise semble avoir abdiqué dans le combat contre l’avortement et tout ce qui coupe l’homme de sa source spirituelle ? A part Civitas, on n’entend plutôt chez les évêques un silence de mort, et leur absence dans ces luttes fondamentales est assez remarquable, pourquoi ? Là, j’ai vraiment compris à quel point le père Nathan est un ennemi du système bien plus redoutable que tous les Soral, Boris Le Lay, Hervé Ryssen… Et pour cause, il recadre la lutte dans sa véritable dimension spirituelle. Il est en première ligne contre celui qui tire les ficelles, le démon en personne.

Je ne suis pas théologien, vous l’aurez compris ; je laisse les considérations scientifiques et les fines analyses à Arnaud Dumouch (dont par ailleurs je respecte le travail, même si je ne partage pas nécessairement toutes ses conclusions eschatologiques ; cf chaîne Youtube très importante et souvent riche d’enseignements catholiques de ce monsieur). Moi, je ne suis qu’un quidam de la rue de plus en plus saisi par l’amour de Jésus, de plus en plus remis entièrement à la providence. Marie me tient par la main sur la route qui conduit à la fin des fins, et m’évite désormais les pertes de temps des faux combats. Je n’en demande pas plus. Vatican 2, pas Vatican 2 ? Perte de temps. Le pape François, bien ou pas bien ? Perte de temps. L’engagement politique pour un moindre mal ? Perte de temps. Pierre Hillard, Livenette ? Perte de temps. Le combat est ailleurs car tout revient au spirituel. Il ressort de deux après midi passées à écouter le père Nathan qu’il n’est que temps de se disposer pleinement, corps et âme, à recevoir la grâce sanctifiante. L’heure est venue de cette pentecôte d’amour annoncée par Marthe Robin. Par les sacrements, par l’intersession de l’Immaculée Conception, demandez à l’Esprit Saint de vous immerger dans l’instant divin et de ne plus vous en laisser échapper. C’est maintenant ; tout de suite. J’en avais l’intuition, je le sais désormais : l’humanité aborde l’ultime virage vers le grand silence de l’Apocalypse.

Comme aime à le répéter le père Nathan en imitant plutôt bien le père Jean, compagnon du père Emmanuel :

- Certains seront pris, les autres seront surpris.

Soyez saints mes amis, laissez là tous vos projets humains et plongez dans le cœur de Jésus. Il est à nos portes et il frappe. Pour le salut du monde, être saint, c’est ce qu’il faut désirer et rien d’autre. Jamais la grâce n’a été si abondante. Vous imaginez qu’elle parvient à saisir un mécréant de mon espèce, c’est vous dire qu’elle est puissante ! Alors vous aussi, laissez-vous prendre par la marée.

Vous ne viendrez pas dire qu’on ne vous a pas prévenu.

En Jésus.

Votre serviteur.

Publié dans apocalypse, combat, grâce, jésus, jugement, parousie, providence, réveil chrétien, satan, victoire | 4 Commentaires »

12
 

Lancelxcvheh |
Happyhelen74 |
Niketnrequinpascher88 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Domanova
| Linklogdendcom
| Trenchhomme